Rejoindre le club sportif@lesspartiates.com Nous contacter contact@lesspartiates.com

Un dernier tournoi avant de représenter le drapeau français

Dimanche 11 juillet, avait lieu un OPEN FLAG au Stade du Grand Marais. Cet ultime tournoi de la saison était l’occasion pour le staff de l’équipe de France U15 et U17 de superviser les joueurs en vue du championnat d’Europe prévu en septembre prochain.

Au total, trois catégories d’âge différentes, U14, U16 et U19, se sont affrontées ce dimanche. Les Spartiates, présents dans toutes les catégories, ont joué face aux Flash de La Courneuve. Deux jeunes des Vikings de Villeneuve d’Ascq étaient également de la partie. Chacune des équipes a pu jouer trois matchs de deux fois vingt minutes, à cinq contre cinq, dans la journée.

Malgré l’absence de championnat cette saison, les jeunes n’ont pas perdu la main. Ils ont continué de s’entraîner, dans le respect des règles sanitaires, le flag n’étant pas considéré comme un sport de contact. « Dès que cela a rouvert, cela s’est vite organisé, on a pu faire des tournois rapidement » explique Yann Soler, entraîneur des équipes de jeunes des Spartiates. La reprise des entraînements est prévue pour le 8 septembre à Amiens, mais il se pourrait que certains joueurs écourtent leurs vacances.

Le championnat d’Europe en ligne de mire

Sur le bord du terrain, Thomas Perillat-Estibals, stylo à la main et l’œil attentif, prend des notes. Le sélectionneur des équipes U15 et U17 pour le championnat d’Europe 2021 est à la recherche des talents qui représenteront le drapeau tricolore en Italie du 8 au 12 septembre. Deux équipes de quinze joueurs feront le voyage jusqu’à Grosseto, en Toscane. Une dizaine de nations sont attendues pour cette édition.

flag (reynald valleron) (30)

Après une année chamboulée par la crise sanitaire, Thomas Perillat-Estibals a dû repenser sa méthode de détection pour composer son groupe. « Malheureusement, il n’y a pas eu beaucoup de tournois et ce sont souvent les mêmes équipes que l’on a pu observer, explique le sélectionneur. C’est la première fois que je vois Amiens jouer. Alors, le seul moyen c’est de contacter les clubs et les ligues dans toute la France et de faire confiance aux coachs, pour qu’ils nous recommandent des joueurs. »

Pour affiner la liste, un camp de préparation est prévu du 27 au 29 août« En espérant qu’un maximum de joueurs seront revenus de vacances ! » souffle Thomas, conscient que le calendrier n’est pas optimal. Difficulté supplémentaire, le format du championnat d’Europe est quelque peu exceptionnel. « C’est compliqué parce qu’en France et à l’international les tranches d’âge sont réglementées en U14, U16, mais l’Italie a voulu faire son tournoi U15 et U17».

À la recherche de la future pépite

Thomas Perillat-Estibals a une idée bien précise de ce qu’il cherche chez ses joueurs. « Il faut des qualités physiques, de l’explosivité et de la technique. Dans le jeu, on voit ceux qui visent bien, en attaque ceux qui savent attraper des balles, qui ont les mains sûres parce qu’à ce niveau-là on ne peut pas se permettre d’avoir des balles dropées. Il faut une bonne connaissance du jeu et savoir se repérer tactiquement. On regarde aussi l’attitude. C’est important d’avoir un bon comportement, un esprit positif et de montrer de l’envie sans avoir la grosse tête non plus. »

Avec les Flash et les Spartiates, Thomas ne s’y trompe pas, il a affaire à deux des meilleures formations en France. « Dans d’autres clubs, on a parfois un ou deux joueurs qui vont se montrer au-dessus, là le niveau est très homogène et très élevé.» Désormais, rendez-vous en septembre pour savoir combien de Spartiates s’envoleront pour l’Italie.

Source : Julien Benesteau – Gazettesports